Mon jardin

Créez des allées dans le jardin



Concevoir une allée prend toute son importance dès lors que ce chemin devient partie intégrante de l’aménagement et de la décoration extérieure. L’allée peut en effet jouer un rôle à plusieurs niveaux : l’organisation de l’espace, la mise en valeur de plantes, l’accessibilité du jardin par tous temps et être un élément de décoration en elle-même. Enfin, carrossable, elle permet d’accéder en voiture à un garage.

Selon le style de jardin que vous souhaitez, et pour qu’elle s’insère harmonieusement dans l’ensemble, l’allée prendra une certaine forme, largeur, texture, couleur. Bref vous aurez à jouer sur son tracé (droit ou sinueux), sa plus ou moins grande homogénéité (simple lit de graviers ou alternance herbe-pierre, bois-graviers, etc.), sa couleur (entre briques rouges, pierres noires ou crèmes, graviers blancs ou bariolés, etc.), son éclairage.

Distinguer allée et chemin Autant l’allée est un passage qui invite à la promenade, qui se doit donc d’être pensée dans la durée, structurée pour répondre à votre souhait d’organiser l’espace, mettre en valeur certains massifs ou arbres, tout en créant un cheminement rendant le jardin accessible par tous temps, autant le chemin (ou sentier) se forge souvent seul à forcer de passer aux mêmes endroits pour rejoindre des recoins du jardin. Il peut, certes, être amélioré pour ne pas devenir boueux par temps de pluie, mais l’objectif n’est pas d’en faire un élément décoratif, comme peut l’être une allée.

Les copeaux de bois L’épandage de copeaux, résidus grossiers de scierie (pas de sciure, trop fine) permet de rendre toujours praticable un chemin/sentier. Les copeaux présentent de nombreux avantages : c’est un matériau écologique (renouvelable et naturellement compostable), d’un très faible coût, drainant, réversible (il suffit de les repousser dans le jardin si on en veut plus). De plus, les copeaux sentent bon la forêt, sont faciles à mettre en œuvre (un râteau suffit) et ne nécessitent aucun entretien. Réalisation. Comptez une dizaine de centimètres d’épaisseur dans une tranchée creusée au préalable, et 5 cm au minimum au-dessus. À compléter tous les deux ans (les copeaux se décomposent au sol).

Une allée selon le type de jardin Selon le style (dans les grandes lignes) de votre jardin, votre allée se définira d’elle-même : À la française. Si votre vision du jardin se veut classique et géométrique, dans une recherche de "perfection", c’est le modèle de jardin à la française, de ceux qu’abritent les châteaux depuis le 16ème siècle, qui vous convient. Il est agrémenté de figures géométriques, d’un travail en perspective et (si possible) de plans d’eau qui s’intègrent à la végétation environnante. L’ensemble est donc bien structuré et la végétation va de même : plantes taillées (l’art du topiaire est alors bienvenu), parterres de fleurs dessinés • Dans ce contexte, les allées sont bien dessinées et s’ornent de statues (les lampadaires solaires de facture peu contemporaine peuvent s’y intégrer). À l’anglaise. Le jardin est, au contraire irrégulier, asymétrique et bien fleuri. Il exploite la structure du terrain dans ses pentes et ses lignes tortueuses, et la végétation traduit un côté naturel, avec fourrés, touffes de fleurs et arbustes. Il n’en intègre pas moins quelques éléments fixes (bancs, rochers, statues). • Les allées sont sinueuses, permettent la découverte et les effets de surprise et soulignent l’absence de structuration de l’espace. Japonais ou zen. Il est chargé de symbolique et réunit à la fois technicité et la miniaturisation de la nature. De l’eau (parfois représentée par des galets blancs), du bois, des rochers choisis (d’après la taille, la texture, la couleur et la forme), du sable, des arbres taillés, tout concourt à créer une illusion de l’espace du jardin en jouant sur les éléments lointains et les éléments proches. • Les allées des jardins japonais sont souvent minimalistes, composées de dalles de pierre permettent d’avancer pas après pas (pas japonais).

Pas de tracés compliqués Si vous optez pour le tracé sinueux, et même si le terrain se prête à de nombreuses virevoltes, évitez de trop en faire. Vous auriez tôt fait de couper les virages et donc de piétiner herbe et plantations, créant un "faux" sentier, fort inesthétique. Esthétique contemporaine ou classique ? Si vous ne savez pas définir le style de votre jardin, imaginez-la. Sinueuse, elle est aussi plus romantique, plus à-même à faire rêver. Elle s’insère dans son environnement, l’épouse et l’intègre. Droite, elle joue de ses matériaux pour créer une rupture de l’espace, devenant ainsi un marqueur décoratif, l’affirmation d’un parti pris résolument contemporain, sans pour autant altérer la cohérence des plantations. D’un seul tenant et constituée uniformément d’un seul matériau (bois, béton, graviers, briques, etc.), elle joue sur une certaine monotonie voulue pour mettre en valeur de nombreux parterres ou bouquets fleuris qui vont la border Créée d’une seule pièce, mais avec des matériaux différents (mélange de bois et graviers, pierre-graviers, brique-bois, etc.) elle s’égaye par ces alternances qui peuvent prendre un caractère très décoratif. Irrégulièrement composée de pierres plates ou de rondins de bois placés à intervalles réguliers, elle prend la forme de pas japonais et forme un passage discret et agréable. Sa présence devient quasiment imperceptible si de l’herbe pousse entre les pierres (ce qui nécessite toutefois un plus grand entretien). Quant à la largeur, sachez qu’il vous faudra compter 80 cm pour une personne ou 1,20 m pour marcher de front à deux.

De multiples matériaux Vous aurez à choisir entre béton, pierre naturelle, pierre reconstituée, brique, pavés, bois, graviers, grès céram, voire la résine drainante (mélange d’agrégat de marbres concassés et roulés avec une résine polyuréthane bi-composant qui laisse des vides dans le revêtement, propices à l’écoulement de l’eau. ). Quelques critères peuvent s’imposer :
- ne pas être glissant : les parements destinés à l’extérieur sont généralement traités pour ne pas glisser. Les sols sont classés de A à C pour les utilisations pieds nus (C étant moins dérapant que A) et de R9 à R13 pour les utilisations chaussées ( R13 étant moins dérapant que R9).
- être traités pour les intempéries ou être imputrescible et résistant aux champignons s’agissant du bois
- être drainants. Dans une région à forte pluviosité, un revêtement drainant (graviers, dalles espacées, pas japonais, etc.) facilite l’infiltration de la pluie dans le sol
- cas particulier : l’enrobé (il y en a des colorés), qui n’est ni écologique, ni très esthétique doit être réservé aux zones carrossables (accès au garage, parking).

Pensez à l’éclairage Il est fondamental. C’est lui qui donnera vie à l’allée et ses bordures le soir venu, qui sécurisera le jardin, le magnifiera, qui invitera aux promenades nocturnes. Une grande variété. Vous avez le choix en jouant avec la hauteur des sources lumineuses pour mettre en scène le jardin : entre des bornes, des potelets à quelques dizaines de centimètres du sol, des spots encastrés dans le sol, des projecteurs pour éclairer des massifs, des lampadaires hauts sur pied, des balises continues sur une bordure d’allée, etc. Objectif. Selon l’essence, la couleur des fleurs, vous choisirez des sources qui mettent en valeur telle ou telle autre couleur. Ecologie. Choisissez, pour le balisage par exemple qui ne nécessite pas une grande puissance d’éclairage, des luminaires photovoltaïques.


logo Domîciles